« Le "droit à l’avortement" dans l’agenda constitutionnel et (...)

Cheveux des Noirs et discrimination raciale. La Californie (...)

Police du stationnement. Nécessité d’un mandat judiciaire pour (...)

Le "doigt d’honneur" est un discours protégé par la liberté (...)

Prisons, pornographie et liberté d’expression.

Cheveux des Noirs et discrimination raciale. La Californie met la question sur son agenda législatif.

Le 22 avril 2019, le Sénat de l’État de Californie a voté à l’unanimité la proposition de loi (SB 188) tendant à mettre fin à la discrimination fondée sur la texture et le style des cheveux dans les écoles et sur les lieux de travail. Le texte doit désormais être délibéré par l’Assemblée (première chambre) de la législature de la Californie.

La sénatrice démocrate Holly Mitchell a déposé cette proposition de loi afin d’inclure formellement dans la loi californienne sur l’emploi et le logement équitables une définition de la race qui comprend différentes textures et styles de cheveux, tels que les tresses, les mèches et les nattes. Son texte vise à lutter contre toute discrimination raciale à laquelle les femmes et les hommes noirs sont confrontés au motif qu’ils ont une coiffure jugée « non professionnelle », soit un motif excipé par des établissements scolaires ou des entreprises au titre de leur… « neutralité en matière de race ». Ces coiffures seraient donc désormais protégées.

« La législation en vigueur stipule que l’État de Californie a pour politique d’accorder à toutes les personnes fréquentant une école publique, indépendamment de leur handicap, sexe, identité de genre, expression de genre, nationalité, race ou appartenance ethnique, religion, orientation sexuelle ou toute autre caractéristique spécifiée, égalité des droits et des possibilités offertes par les établissements d’enseignement de l’État, et indique que le droit existant en la matière a pour objet d’interdire les actes contraires à cette politique et d’y remédier. La loi en vigueur définit la race ou l’origine ethnique à ces fins.

En vertu de la loi californienne sur l’emploi et le logement, il est illégal de se livrer à des pratiques d’emploi discriminatoires spécifiées, notamment l’embauche, la promotion et le licenciement fondés sur certaines caractéristiques protégées, notamment la race, à moins d’une qualification professionnelle réelle ou des règles de sécurité applicables. La loi interdit également la discrimination en matière de logement fondée sur certaines caractéristiques personnelles, notamment la race. La loi interdit également la discrimination en raison de la perception qu’une personne possède l’une de ces caractéristiques protégées ou est associée à une personne qui possède ou qui est perçue comme présentant l’une de ces caractéristiques. La loi existante définit des termes tels que race, croyances religieuses et sexe, entre autres, aux fins de l’acte.

Ce texte de loi indiquerait que la définition de la race à ces fins comprend également les traits historiquement associés à la race, notamment la texture des cheveux et les coiffures protectrices, et définirait les coiffures protectrices aux fins des présentes dispositions.

(...)

La législature trouve et déclare tout ce qui suit :

(a) L’histoire de notre pays est criblée de lois et de normes sociales assimilant la « négrité » et les caractéristiques physiques associées, par exemple, une peau foncée, des cheveux crépus et bouclés à un signe d’infériorité, parfois soumis à un traitement séparé et inégal.

(b) Cette idée a également imprégné la compréhension sociale du professionnalisme. Le professionnalisme était et est toujours étroitement lié aux particularités et aux manières européennes, ce qui implique que ceux qui ne tombent pas naturellement dans les normes eurocentrées doivent modifier leur apparence, parfois de manière radicale et permanente, pour être considérés comme des professionnels.

(c) Malgré les progrès considérables accomplis par la société et les lois américaines pour renverser l’idéologie raciste selon laquelle les traits noirs sont inférieurs, les cheveux restent une source de discrimination raciale généralisée aux graves conséquences économiques et pour la santé, en particulier pour les Noirs.

(d) Les codes vestimentaires et les règles de toilettage en milieu de travail interdisant les cheveux naturels, y compris les coiffures afros, les tresses, les nattes et les mèches, ont des conséquences disparates sur les personnes noires, car elles sont plus susceptibles de dissuader les candidats noirs et d’imposer ou de punir les employés noirs groupe.

(e) Les tribunaux fédéraux admettent que le titre VII de la loi sur les droits civils de 1964 interdit la discrimination fondée sur la race et protège donc contre la discrimination à l’égard des coiffures afros. Cependant, les tribunaux ne comprennent pas que les coiffures afros ne sont pas la seule présentation naturelle des cheveux noirs. Les cheveux noirs peuvent également être présentés naturellement en tresses ou en nattes.

(f) Dans une société dans laquelle les cheveux ont toujours été l’un des facteurs déterminants de la race d’une personne et qu’il s’agisse d’un citoyen de seconde classe, les cheveux restent aujourd’hui un indicateur de la race. Par conséquent, la discrimination capillaire ciblant les coiffures associées à la race est une discrimination raciale. (...) ».

Emma Dabiri, Don’t Touch My Hair, Allen Lane (Penguin), 2019.

Mariko Finch, Emma Dabiri on the Politics of Black Hair, African Modern & Contemporary Art, Sep 3, 2019.

Emma Dabiri is a broadcaster, author and academic who recently published Don’t Touch My Hair — a book that charts the shifting cultural status of black hair from pre-colonial Africa through to Western pop culture and beyond. Ahead of the Modern & Contemporary African Art sale in London on 15 October, in which a number of works depicting traditional African hair are offered, we sat down with her to discuss the history of hairstyles.

Mariko Finch : When did you decide that you wanted to turn your research into a book ?

Emma Dabiri : In around 2016. The conversation about black hair had been happening for a while at that stage but I was finding it often quite repetitive. There is so much more to engage with through hair, so I wanted to do that research. There is so much more to engage with through hair ; social history, philosophy, metaphysics, mathematical expression, coding, maps...

Mariko Finch : This topic has recently made it to the mainstream media ; through Beyoncé and Solange Knowles, Kim Kardashian and the issue of cultural appropriation. It is very timely to have that debate anchored in something historical.

Emma Dabiri : I felt somewhat exasperated by the way people’s frustrations around cultural appropriation by celebrities were being disregarded and dismissed as just something very superficial ; as if those weren’t valid or legitimate concerns. I wanted to provide the historical context for why this anger exists. Let me show that it’s not just vacuous, or petty policing of culture. There are like very strong historical antecedents as to why these emotions run so high.

Mariko Finch : It seems to be currently very fashionable to talk about black hair, with a lot of people weighing in. Is there anything you find problematic about that ?

Emma Dabiri : Firstly, I think it’s great that it’s being spoken about, and it’s something that has changed drastically and it’s a change that needed to happen. But as I detail in the book, I do find the use of traditionally black styles that black people are still discriminated against, particularly by white celebrities, who are then celebrated for wearing them, pretty galling. But in terms of where the conversation is at, there’s been a lot of progress. I wouldn’t say there’s been as much progress in terms of texture discrimination as I would have hoped.

Lire la suite

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint